Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Saint-Chamond

 
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum » Chars de Combat - MBT » Chars de 14-18 Sujet précédent
Sujet suivant
Saint-Chamond
Auteur Message
DarkLabor
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2008
Messages: 4 119
Localisation: Marly
Masculin
Caste: Civil
Passion: Tankophile

Message Saint-Chamond Répondre en citant
Le Saint-Chamond  
De l’unité à la divergence :

   En 1916, les sociétés FAMH de Saint-Chamond et Schneider travaillaient ensemble à l’élaboration d’un prototype commun dénommé « tracteur A ». A l’origine, une commande de 400 cuirassiers terrestres pour chacune des deux entreprises. Le principe de ce char était simple : un caisson blindé plutôt allongé, doté d’un système de propulsion par chenilles de types caterpillar, et  armé de mitrailleuse et d’un canon de 75mm. Le poste de combat a été réalisé par le soldat Pierre Lescure. La suspension, quand à elle, a été rallongée, à l’initiative du Lieutenant Fouché, soucieux du comportement de la machine en tout terrain, et notament lors de la traversée des tranchées.
   Cependant, Eugène Brillié, ingénieur chef de chez Schneider, rejeta le prototype et ce, malgré les modifications apportées. La raison de ce refus, fut simple : L’ingénieur Brillé avait inventé un dispositif permettant de franchir les tranchées, sans pour autant avoir une longueur de caisse démesurée, et par la même occasion de rendre le char plus petit et plus léger. Ce dispositif n’est autre qu’un grand éperon permettant d’éviter à la machine de tomber dans les tranchées lors de leur traversée. Malheureusement cela entraîne une dissension entre Schneider, qui, refusant de partager avec la FAMH, l’invention brevetée de Brillé ; et Saint-Chamond refusant de devoir payer les royalties à Schneider, issues du dépôt du brevet de cette dernière, décident alors de faire chemin à part. Les deux compagnies décidèrent alors de développer chacune leur propre char, les baptisant de leurs noms respectifs.




Saint-Chamond, une évolution à part :


   L’armement de la nouvelle machine est mis au point par l’ex Colonel Emile Rimailho, démobilisé et nommé directeur technique du projet. Il s’agit du canon à tir rapide Saint-Chamond L12 de 75mm.
   Pour pallier la perte de son partenaire, la FAMH se servit de Mr Rimailho pour jouer de ses relations auprès du ministère de la guerre, afin de modifier les spécificités de la machine afin d’inclure le canon déjà développé. Cela fut aussi une manœuvre avantageuse pour le directeur technique, qui touchait un pourcentage à chaque pièce vendue.
   Tout cela ne fit que rendre le char plus lourd et encombrant, partant quasiment à l’opposé du concept de chez Schneider.
   En septembre 1916, le premier prototype fut présenté au public, alors qu’au même moment les premiers Schneider de série étaient livrés, faisant de lui le deuxième char français fabriqué




Descriptif du Saint-Chamond :

NomSaint-Chamond M16Saint-Chamond M17 (reblindé)Schneider CA-1Schneider CA-1 (reblindé)
Nombre  construit165 exemplaires235 exemplaires 400 exemplaires

Equipage9 hommes9 hommes6 hommes6 hommes
Longueur8,70 m8,70 m6,32 m6,32 m
Largeur2,67 m2,67 m2,05 m2,05 m
Hauteur2,36 m2,36 m2,30 m2,30 m 
Poids22 t24 t13,5 t14,6 t
Moteur90 chevaux90 chevauxSchneider 4 cylindres - 60 chevaux - essenceSchneider 4 cylindres - 60 chevaux - essence
Vitesse8,5 km/h8,5 km/h6 km/h6 km/h 
Rayon d'action60 km60 km48 km75 km
Armement principal1 canon L36 de 75mm1 canon L36 de 75mm1 canon L13 de 75mm1 canon L13 de 75mm
Capacité en munitions106-108 obus106-108 obus94-96 obus94-96 obus
Armement secondaire4 mitrailleuses Hotchkiss de 8mm4 mitrailleuses Hotchkiss de 8mm2 mitrailleuses Hotchkiss de 8mm2 mitrailleuses Hotchkiss de 8mm
Capacité en munitions7488 coups7488 coups4000 coups4000 coups
Blindage frontal11,5 mm11,5 mm11,5 mm24 mm
Blindage latéral8,5 mm17 mm11,5 mm17 mm
Blindage de toit5,5 mm5,5 mm5,5 mm5,5 mm
 
 

Tableau comparatif entre le Saint-Chamond et le Schneider  
 
   Comme vous pouvez vous en rendre compte, le Saint-Chamond est bien plus gros et plus lourd que son concurrent le Schneider. Toutefois, il possède un blindage et une motorisation bien plus supérieurs.  
   Sa motorisation supérieure lui permet d’atteindre des vitesses plus élevées que le Schneider, et ce, en dépit de son poids considérable (9 à 10 tonnes de plus !).  
En fait, la mobilité de cet engin était assurée par un moteur essence Panhard de 4 cylindres, moteur qui était couplé à une dynamo, afin d’alimenter les moteurs électriques, eux-mêmes reliés aux barbotins des trains de roulement.  
Ce mode de propulsion est très efficace sur routes, mais hors des pistes, la conception même du Saint-Chamond est un frein à son évolution en tout terrains.  
   En effet la longueur du caisson imposait que celui-ci soit en porte à faux sur l’avant du char, ce qui était source de déséquilibre lors de toute évolution en terrain accidenté.  
Ayant prévu cet effet, les ingénieurs l’avaient doté d’un tonneau sous son avant, lui permettant de rouler, et ainsi d’éviter toute immobilisation. Néanmoins, cela n’empêcha en rien la diminution de sa vitesse.  
   Néanmoins lors des premiers engagements des Saint-Chamond, on s’aperçu que les chenilles étaient trop étroites, et que le déséquilibre dû a l’avant du char n’était pas rattrapé par ces dernières. Il fut alors décidé de rehausser l’avant du caisson pour pallier se problème. On se rendit compte que cela permettait une meilleure vision sur le champ de bataille.  
   Une autre source d’ennuis était la transmission qui avait tendance à chauffer, rendant le char inopérationnel avant même d’être sur le champ de bataille.  
 
   Il est à noter que le char disposait de deux modèles :  
 
      -Le premier d’entres eux était équipé d’un toit plat et de kiosques d’observation pour l’équipage.  
 
      -Le deuxième était équipé d’un toit plus pentu, plus efficace pour évacuer les grenades lancées sur l’engin. Il fut d’abord construit sans kiosques d’observation, ne laissant qu’au pilote que de simples volets pour voir ce qui se passe dehors, le laissant à la merci des balles et des gerbes d’éclats du champ de bataille. Par la suite, un kiosque pour le pilote a été réinstallé, pour une meilleure protection.  
 
   Aux derniers moments de la guerre, le Saint-Chamond fit preuve d’une grande utilité, grâce sa mobilité accrue, alors que le front commençait à bouger. Son rôle était notamment de neutraliser les positions d’artillerie, afin que l’infanterie puisse avancer sans être fixé.  
 


_________________
Se reconstruit doucement mais sûrement.
Sam 1 Mar - 18:55 (2008) Visiter le site web du posteur
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Sam 1 Mar - 18:55 (2008)
Montrer les messages depuis:    
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum » Chars de Combat - MBT » Chars de 14-18 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com