Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Les complexes 8K14 et 9K72 (Code OTAN Scud A et Sud B)

 
Répondre au sujet    Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum » Autres Véhicules Militaires » Véhicules étrangers Sujet précédent
Sujet suivant
Les complexes 8K14 et 9K72 (Code OTAN Scud A et Sud B)
Auteur Message
OFL120F1
Adjudant
Adjudant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2009
Messages: 289
Masculin
Caste: Civil
Passion: Maquettiste

Message Les complexes 8K14 et 9K72 (Code OTAN Scud A et Sud B) Répondre en citant
HISTORIQUE ET DEVELOPPEMENT DES MISSILES BALISTIQUES A COURTES PORTEES :
 
  
I - DES ORIGINES AUX PRECURSSEURS : 
 
 
L'origine du missile Zemlya vient d'une demande explicite du haut commandement de l'armée soviétique pour le développement d'un missile tactique opérationnel qui permettrait d'employer des têtes militaires de types conventionnelles et nucléaires. L’expression « tactique opérationnel » réfère à un système convenant pour une utilisation à l'échelle de l'armée, comblant ainsi le vide entre l'ensemble des roquettes d'artillerie et missiles à courte portée alors constitués principalement par les types Fillin, Mars, Luna/Luna-2/Luna-M et Tochka (codes OTAN : FROG-1, 2, 3, 5, 7a/7b et SS-21 Scarab), et les missiles opérationnels comme le 9K71/9K79 Temp/Temps (codes OTAN : SS-12/SS-22 Scaleboard) employé à niveau de la brigade et conçus pour atteindre des cibles situées à plus de 500 km de distance. 
 
 
Le nouveau missile est conçu pour remplacer la génération précédente constituée des R-1 et R-2. Ils sont alors considérés comme les premiers missiles soviétiques et sont étroitement dérivés de l'Aggregat-4 ou V2 allemande développée durant la seconde moitié du deuxième conflit mondial. L'A-4 et sa version anti-aérienne, le Waßerfall, se rapprochent plus de la roquette d'artillerie à (très) longue portée que du missile balistique proprement dit. Ils sont alors difficiles à déployer opérationnellement car utilisant un support technique et logistique relativement important, ne serait-ce que pour assurer l'acheminement et l'approvisionnement en carburant cryogénique. Une batterie de lancement de A-4 comprend pas moins de 152 véhicules de tous types et 70 remorques pour un effectif de 500 hommes, et n'autorisant le lancement que de neuf missiles par jour. 
 
 
Le développement du missile Zemlya est entrepris par le bureau d'étude de l'OKB-1 de Kaliningrad situé dans les faubourgs de Moscou. Ce bureau d'étude est le premier centre de conception de missile d'Union soviétique. Il est dirigé par Sergei Korolev qui est encore considéré de nos jours, comme le père du programme spatial soviétique. Le nouveau système qui utilise le nouveau missile R-11, est désigné localement par la terminologie 8K11 (code US Army (DIA)/OTAN : SS-1b Scud A). Bien que le Zemlya est été souvent considéré par la presse populaire comme un dérivé de l'A-4, il est en fait le descendant d'un missile anti-aérien allemand légèrement plus petit et connu sous le nom de Waßerfall. Le moteur du R-11 est basé sur celui du Waßerfall, il utilise de l'acide nitrique et du kérosène en place du carburant cryogénique de l'A-4. Ce nouveau système de propulsion sera produit dans le seul but de faciliter sa mise en oeuvre sur le terrain. Le premier vol d'essais du R-11 est conduit le 28 Avril 1953 sur le site de Kapustin Yar (Kazakhstan), le système sera finalement adopté par le haut commandement de l'armée soviétique en 1955. Le développement du véhicule lanceur ou dit Transporteur - Erecteur - Lanceur (TEL) désigné Obiekt 218, est conduit par le bureau Kotin de Leningrad et est étroitement dérivé du chassis de l'automoteur ISU-152. Le véhicule de série prend la désignation officielle de 8U218 pour complexe 8K11 (complexe = lanceur + missile). Le site de production du R-11 est établit dans la localité de Miass, prés de Chelyabinsk. La production débute en 1955 et l'investissement de base pour l'acquisition d'un R-11 de type conventionnel est de l'ordre de 800.000 Roubles. La version portant une tête militaire constituée d'une charge nucléaire est quand à lui de l'ordre de 4 à 8.000.000 de Roubles suivant le type de charge qui peut alors varier de 30 à 100 kilotonnes. Vers la fin des années 50, une version révisée nommé R-11A, sera développée avec un réservoir de carburant modifié. Opérationnellement, Le R-11 est déployé au sein de brigades tactique opérationnelles lorsqu'il est utilisé au niveau de l'armée (le terme « armée » est alors employé par les soviétiques pour désigner un groupe de plusieurs divisions, et au front, de plusieurs armées). Une brigade comporte 9 lanceurs, supportés par 200 véhicules pour un effectif total de 1.200 hommes. La brigade type a 27 missiles R-11 à sa disposition et sa capacité de mise en oeuvre lui permet lancer facilement tous ses missiles au cours d'une seule journée d'opération. Seulement 100 de ces complexes seront réellement déployés, due principalement à des défauts du système lanceur. Une version navalisée du R-11, désigné R-11FM, fut également développée afin d'autoriser son lancement depuis un bâtiment submersible. Cette version sera exportée ultérieurement, en faible nombre, vers la Chine principalement. 
 
 
 
II - DEVELOPPEMENT ET MODERNISATION : 
 
 
Au milieu des années 50, le bureau d'étude Makayev de Miass, commence le développement d'un système reprenant le concept du 8K11, soit le complexe 8K14 (codes US Army (DIA)/OTAN : SS-1c Scud B). Numériquement, il représente la version la plus répandue de ce système. Le complexe comprend le nouveau missile R-17. Le but de ce programme est d'accroître le rayon d'action du précédent R-11, soit de 180 à 300 km et ce, avec un même temps de translation que ce dernier et dont le cercle de probabilité d'erreur (CPE) de frappe serait compris dans un cercle de 500 m de rayon au lieu des 2.000 m avec l'ancien système. L'extension de la portée à été rendue possible grâce à l'adoption de turbopompes au niveau du moteur, remplaçant le système d'injection de carburant pressurisé, et imposant l'utilisation de réservoirs renforcés. Les matières combustibles sont constitués de Diméthyl Drazine asymétrique associé à de d'acide nitrique réduit rouge fumant. Le moteur en lui-même est modifié afin d'assurer une combustion constante et donc sans variation de poussée. Un nouveau système de guidage inertiel de descente est développé. Ses principaux composants sont :  
- un ensemble de stabilisation gyroscopique vertical 1SB9, 
- un ensemble gyroscopique vertical avec intégrateur d'ajustement latéral 1SB10 et, 
- un ensemble de calcul 1SB13 associé à un servomoteur de contrôle de gouvernes 1SB14. 
 
 
Ces nouveaux équipements permettent une précision très significative, comparée avec celle du R-11. Le R-17 peut avoir une précision de frappe de l'ordre de 700 m (900 mètres d'après certaines sources de renseignement de l'OTAN), si ce dernier est lancé à une distance de 200 km. Les sources soviétiques font état d'une précision variable allant entre 180 et 600 mètres en fonction de la distance de tir donnée et 100-350 m au delà du CPE. Le premier tir d'essais d'un R-17 est effectué en mars - avril 1957 à Kapustin Yar. La production du R-17 est régit par le site de Miass et, à la fin 1960, celle-ci sera délocalisée à Votkinsk, Miass s'étant entre-temps spécialisé dans la seule production des missiles balistiques embarqués sur les sous-marins. La production du système de guidage est entrepris à Izhevsk. Le système 8K14 est d'abord basé sur le chassis modifié de l'automoteur ISU-152 déjà employé avec le complexe 8K11. Il sera nommé 2P19 (initialement des chassis de 8U218) et déployé courant 1961. En 1960, N. Khrutshchev ordonne que la production de l'ISU-152 se termine et qu'un nouveau TEL doit par conséquent être étudié. En 1965, le R-17 commence à être monté sur un chassis à roue, soit le 2P20 (puis 9P117), qui est basé sur le véhicule lourd 8x8 MAZ-543 LTM, développé par le bureau de conception Titan du complexe Barrikady de Volgograd. Ce chassis routier possède de nombreux avantages si on le compare à un chassis chenillé. L'intérêt du chassis routier est la quasi absence de stress ou de vibrations générés par de longs déplacements au niveau des équipements embarqués et en particulier sur les systèmes de contrôle de tir. Il se révèle être également plus fiable et ce, à moindre coût. Il possède néanmoins des performances tout-terrain toute au plus modestes. Le véhicule lanceur 9P117 est officiellement désigné Uragan, mais il est plus populairement appelé Kashalot par les équipages soviétiques à cause de sa grande taille. Durant les dernières phases de modernisations ce complexe sera re-désigné 9K72, 9K72M puis 9K72M1 Elbrus et la version revalorisée du R-17 est re-désignée R-300. Comme sur le R-11, différentes têtes militaires seront disponibles et pourront être utilisées indifféremment avec les R-17 ou les R-300. Celle-ci peuvent comporter, suivant les missions, une charge militaire spécifique : 
 
- une ogive explosive de très forte puissance du type 8F44 comportant une charge conventionnelle de 989 kg. Elle fut développée primairement pour l'export (mention E) afin d'armer les missiles modifiés R-17E et R-300E. Parce qu'il est beaucoup plus précis que le R-11, le R-17 est capable d'atteindre des cibles de plus petite taille et ce, avec une tête conventionnelle. Les destructions causées sont tels que cette charge est capable de creuser une dépression de 4,0 m de profondeur sur 12,0 m de diamètre (ces données sont variables selon la nature des matériaux). 
- une ogive à fragmentation et haut pouvoir explosif (shrapnels anti-personnels ou anti-véhicules faiblement protégés). 
- une ogive renforcée pour la pénétration en profondeur (destruction de pistes aménagées ou d'abris sous terrains bétonnés). 
- une ogive permettant une explosion aérienne, contient du carburant et / ou des sous munitions (destruction par saturation et / ou par effet de souffle). 
- une ogive contenant des sous munitions à haut taux de pénétration (anti-blindage ou contre des installations fortement protégés). 
- une ogive fumigène (réalisation d'écran tactique de couverture et de grand volume).  
- une ogive incendiaire (carburant, napalm et dérivés). 
- une ogive chimique (charges de 555 kg d'agent neurotoxique type VX à action rapide, pour une masse totale de 985 kg). Étant donné que la vitesse terminale du vecteur est de l'ordre de 3.500 km/h, un système de dispersion précisément temporisé a été intégré afin de ne pas détruire la charge utile. Celle-ci est vaporisée grâce à l'utilisation conjointe d'une fusée de proximité couplée avec une charge dispersante avancée (épandage par micro explosion atmosphérique à très basse altitude). 
- une ogive chargée d'agents bactériologiques (??). 
- une ogive nucléaire simple ou multiple de faible à moyenne puissance (de 5 à 80 kilotonnes). Cette tête fut spécialement développée par l'Institut scientifique de recherche pour la technologie physique de Kasli prés de Chelyabinsk. La tête nucléaire standard de type Izdeliye 269A, est utilisable conjointement avec le R-300. 
 
 
A côté du R-17, le bureau d'étude Makeyev développe une version possédant un plus long rayon d'action avec des distances de l'ordre de 500 à 600 kms. Le premier sera testé sur le site de Kapustin Yar en 1965. Ce dernier modèle présente une plus grande précision que le R-17 de référence et ses performances sont comparables à celles affichées par le missile 9M76 (complexe 9K76 Temp) mais il ne sera jamais produit en quantité suffisamment importante pour être significatif. Il est le premier à porter la nouvelle désignation de l’US Army à savoir le KY-3 (renommé ultérieurement par l’OTAN comme le SS-1d Scud C). La précision du missile 9K72 est trop faible pour une utilisation conjointe avec une tête militaire classique. En 1967, le TsNIIAG (Centre scientifique de recherche institué pour l'automatisation et l'hydraulique), commence le développement d'une version plus précise du R-17, mais la désignation ex-soviétique concernant ce matériel, reste encore non révélée. 
 
 
 
III - EXPORTATION : 
 
 
L'export des système 8K11 et 8K14 vers les membres du Pacte de Varsovie débute en 1961. En 1980, 140 TEL sont livrés correspondant alors à l'équivalent de 30 brigades. Ces brigades sont répartis comme suit : RDA 1 ex, Bulgarie 3 ex, CSSR 3 ex, Hongrie 1 ex, Pologne 4 ex et Roumanie 3 ex. Plusieurs de ces états supprimeront leurs brigades de lanceurs au début de 1990, incluant les RDA et CSSR. Le premier export du système 8K14E (E = export) commence en 1973. Ces véhicules sont conçus sur la base du lanceur 9P117 avec des commandes manuelles et une interface de contrôle entre le TEL et le missile R-17E, qui est moins précise. Le premier acquéreur du 8K14E sera l'Égypte, qui reçoit un petit nombre de ce matériel peu de temps avant que ne débute le conflit de 1973. Un autre lot sera attribué à la Syrie qui reçoit une brigade de 18 TEL 9P117E, la Libye avec 72 TEL, la Corée du Nord qui reçoit un régiment de 24 TEL, l'Irak avec 2 brigades, le Yémen et l'Afghanistan. L'Iran obtiendra des 9P117E via d'autres sources comme la Libye et la Croatie qui aurait réussi à obtenir un certain nombre de 9P117E d'URSS via la Hongrie. Des copies non licensées du R-17 ont été produites en Corée du Nord et des versions modifiées ont été assemblées par l'Irak (désignées Al-Hussein et Al-Hijarah avec des portées de 600 et 750 km respectivement. Le vecteur est alors sensiblement modifié par adjonction d'un nouveau réservoir à caburant à capacité accrue. La longueur totale HT du vecteur est supérieure d'un mètre à un Scud B classique) et sur le territoire de la Corée du Nord même. Ces derniers se distinguent principalement par une longueur plus importante de l'ordre de 1,200 m, correspondant à l'accroissement de la capacité d'emport des réservoirs (allongement par simple ajout d'une virole suplémentaire). 
 
 
 
IV - DEPLOIEMENT OPERATIONNEL : 
 
 
Le complexe 9K72 est déployé tactiquement à l'échelle de l'armée au sein de brigades tactiques opérationnelles ou BTO. En 1980, le modèle type d'une brigade est composée de 12 à 18 lanceurs 9P117, organisés sous la forme de 3 bataillons. La différence de dotation dépend du nombre de batteries dans chaque bataillon. Certaines possèdent 2 batteries de 2 lanceurs, d'autres ont 3 lanceurs. Chaque lanceur 9P117 possèdent, en temps normal, 7 membres d'équipage auquel est assigné, dans le cas d'utilisation de tête militaire tactique de type nucléaire, un détachement de sécurité (OSNAZ) composé de 10 hommes. La brigade est complétée d'un certain nombre de véhicules spécialisés : 
 
- le 9S436 qui correspond au véhicule de commandement du bataillon est un ZIL-131K de type shelter. Il transporte les radios de commandement et l'ordinateur 9V51B de paramétrage du tir.  
- le transport du carburant du missile, qui est constitué de Diméthyl Drazine asymétrique (TS-1 ou TT-1), est assuré par un camion-citerne de type 8G1 et l'acide nitrique fumant inhibé rouge est transporté par un camion-citerne de type 8G17. Ces deux matériels sont basés sur des Ural-375.  
- le 9V41 correspond à un ZIL-131KO avec caisse fermée, il contient l'instrumentation embarquée du missile et les servomoteur des surfaces de contrôle.  
- le 9F21 est un véhicule de type ZIL-157KE-1 conçu avec une caisse spécialement isolée pour acheminer les têtes nucléaires sous température contrôlée.  
- le 2T3M est un ZIL-131 (ou 157), utilisé pour tracter la remorque assurant l'acheminement des R-17 ou R-300 supplémentaires.  
- le 2ShCh1 est un ZIL-131 (ou 157) avec caisse fermée contenant les équipements de maintenance et d'essais du 9P117.  
- une grue mobile de type 9T31M1 de 7 tonnes de capacité réservée à la manutention des missiles entre le 2T3M et le 9P117.  
- des grues 8T210.  
- un compresseur UKS-400V.  
- un véhicule de navigation et d'investigation géodésique VAZ-452.  
 
  
IV - PREPARATION POST - LANCEMENT DU R-300 (avec une tête militaire nucléaire tactique) : 
 
Niveau 6 : À ce 1er stade, le missile est encore sur le véhicule 2T3M d'acheminement, la tête militaire est acheminée dans son conteneur à température contrôlée sur un 9F21 et le 9P117 est parqué en attente.
Niveau 5 : Le R-300 et ses composants sont sortis, testés et initiés. La tête militaire est transportée vers le R-300 afin d'y être montée grâce au véhicule 9F21.

Niveau 4 : La tête militaire est fixée au fuselage du R-300. ). Les réservoirs du R-300 sont remplis (remplissage par aspiration grâce aux pompes installées dans le corps du R-300). Durant cette période, les commandes et le réseau de contrôle sont établis entre le R-300 et le 9P117.

Niveau 3 : Le R-300 est déchargé du 2T3M vers le 9P117 par le véhicule grue 9T31M1. Le VAZ-452 conduit la surveillance géodésique du site de lancement pour le positionnement du 9P117.

Niveau 2 : Le 9P117 se place sur le site pré établit par le VAZ-452. La section météorologique de la brigade, prépare et lance des ballons radiosondes RKZ-1. Ils sont suivis par la section météo RMS-1 ou par les radars ARMS-3 afin de déterminer la force et la direction du vent, la température ambiante, l'hygrométrie et la pression atmosphérique. Ces données sont transmises au véhicule 9S436 pour les effectuer les calculs nécessaires aux corrections de guidage du système de navigation inertiel. En 1989, le radar Ulykba est introduit dans les brigades soviétiques. Il n'a pas besoin de l'illumination active d'une sonde radio, mais utilise un ballon-sonde modifié lequel émet activement. Il est introduit quand est utilisé le premier signal radar RMS-1 s'occupant pour alerter de la présence d'un signal émit par une unité ennemie qui se préparerait à détruire le lanceur ou missile et sert donc à déterminer préalablement le site de lancement pour le tir. Quand le 9P117 arrive sur le site surveillé de lancement, la section de commandement établit la connexion avec le véhicule 9S436 du bataillon pour instructions complémentaires. Le reste de l'équipage commence l'érection du missile, qui s'effectue en 3 minutes. 4 membres d'équipage sont positionnés au niveau des gouvernes, de chaque côté du missile, pour s'assurer de son bon positionnement sur la plateforme de tir et s'assurer que celui-ci est parfaitement vertical. L'alignement du missile est vérifié à l'aide d'un théodolite de type 8Sh18 intégrant le système de pointage. L'équipage relie électriquement, l'arrière du 9P117 à la base du R-300 et complète la vérification de ce dernier. Le carburant pour le moteur du compresseur est chargé. Le contrôleur d'allumage 8V117 est placé en sécurité à distance du lanceur et le câblage de connexion est mis en place. L'équipage du 9P117 attend les instructions de tir venant du véhicule 9S436.

Niveau 1 : Le système de navigation du missile est mis sous tension et le système électrique pour la tête militaire est également mis sous tension (dans le seul cas d'utilisation d'une tête nucléaire, le dispositif d'armement est activé par introduction de codes appropriés). L'équipage retire la couverture thermique 2Sh2 de la tête militaire. Le missile est prêt pour le tir.

Nota : entre la reconnaissance du site et le tir proprement dit, il s'écoule environ 90 minutes.
 
  
V - DONNEES TECHNIQUES COMPARATIVES DES SYSTEMES D’ARMES : 
 
 
Désignation du complexe :                8K11                8K14 / 9K72  
Désignation du missile :              non désigné           9M72 Zemlya  
Désignation du concepteur :               R-11                R-17 / R-300  
Désignation US :                              SS-1b                    SS-1c  
Désignation OTAN :                          Scud A                  Scud B 
Longueur totale hors tout :             10,700 m               11,250 m 
Diamètre :                                     0,880 m                0,880 m 
Envergure :                                    1,800 m                1,800 m 
Masse total en ordre de tir :             4.500 kg               6.370 kg 
Portée maximale (pratique) :            150 km                 280 km 
Cercle de probabilité d'erreur :          4.000 m                1.000 m 
Masse de la charge militaire :            680 kg                  770 kg 
Carburant :               Hypergol liquéfié + Diméthyl Drazine +? Acide nitrique réduit  
Désignation du lanceur                     8U218               2P20 / 9P117 
Type de lanceur :                        ISU-152 TEL      MAZ-543 / 543M TEL et  
                                                                           MAZ-7310LTM TEL  
 
  
VI - DONNEES GENERALES ET SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU LANCEUR (exemple d'application pour la Nationalenvolksarmee, DDR) : 
 
 
Autres désignations : Komplexe 8K14 puis Komplexe 9K72/9K72M Elbrus. 
véhicule = Startrampe 9P117/9P117M. 
Constructeurs et fournisseurs : MAZ, Minsk (Biélorussie / URSS). 
Type : 9P117/9P117M et 9P117M1 TEL pour missile balistique de moyenne portée 9M72/9M72E. 
Châssis : MAZ-543/MAZ-543A Uragan. 
Dotation : 24 exemplaires. 
Date de livraison / mise en service : 1964 (9P117) et de 1968 à 1982 (9P117M). 
Équipage : 7. 
Masse totale à vide : 29.000 kg. 
Masse totale en ordre de transport : 37.400 kg (Classe VIII = 40 tonnes). 
Pression au sol : 1,00 kg / cm². 
Longueur totale hors tout : 13,580 m.  
Largeur totale hors tout : 3,020 m. 
Hauteur totale hors tout : 3,700 m. 
Hauteur totale en ordre de tir : 13,670 m 
Motorisation : 1 x --- de type D-12A-525A, V- 12 diesel à 4 temps, refroidi par eau et développant 525 cv à 2.100 tr / min. 
Cylindrée (Ø x course) : 38.800 cm³ (150 x 180 sur ligne droite et 150 x 186,7 sur ligne gauche). 
Transmission : hydraulique, de type --- et boîte de vitesse avec 3 rapports AV et 1 rapport AR. 
Train de roulement / configuration : 8 x 8 avec roues indépendantes et 4 roues frontales directrices.  
Suspension : mécanique par lames de suspension complétée d'amortisseurs hydrauliques. 
Vitesse (mini, maxi et moyenne) : 70 km/h (à vide), 45 km/h (en charge) sur route et 15 km/h (en charge) en tout terrain. 
Garde au sol : 0,400 m. 
Déclivité : 58°. 
Devers 38°. 
Franchissement de coupure humide : 1,400 m. 
Distances franchissables : 450 km sur route. 
Capacité totale des réservoirs : 700 litres. 
Consommation : 12,5 litres / km. 
Communication : poste interne R-124. 
Protection : pas de protection ballistique. Dispositif de mise en surppression antichimique. 
 
  
VII - Sources et références : 
 
 
Concord publications Co. Vol.7037 : The Scud and other russian ballistic missile vehicles. 
Darlington publications : Soviet / russian armor and artillery design practices - 1945 to present. 
Motorbuch Verlag : Deutsche Militärfahrzeuge - Bundeswehr und NVA. 
Motorbuch Verlag Spezial : Die Landstreitkräfte der NVA. 
Osprey publishing - New vanguard Vol.120 : Scud ballistic missile and launch systems. 
Schiffer Military History : Russian tanks and armored vehicles - 1946 to present, Vol.2. 
 
 

Dim 30 Aoû - 14:29 (2009)
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Dim 30 Aoû - 14:29 (2009)
ARMA51
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Avr 2008
Messages: 1 588
Localisation: Mourmelon
Masculin
Caste: Militaire de l'Armée de Terre
Branche d'activité: Armée de Terre
Passion: Tankophile

Message Les complexes 8K14 et 9K72 (Code OTAN Scud A et Sud B) Répondre en citant
 Pas mal,si je peu juste me permettre une petite critique,ca manque de photos Mr. Green .

_________________
vae victis
Lun 31 Aoû - 06:50 (2009)
OFL120F1
Adjudant
Adjudant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2009
Messages: 289
Masculin
Caste: Civil
Passion: Maquettiste

Message Les complexes 8K14 et 9K72 (Code OTAN Scud A et Sud B) Répondre en citant
Bonjour,

Le premier, un 8K14 (Scud A) de l'ex-armée de la CSSR est parqué a Lesany (République Tchéque) :
http://i775.photobucket.com/albums/yy38/n-93/DSCF4286.jpg

Le second, un 9K72 Elbrus (Scud B) de l'ex NVA je pense (photo internet) :
http://i775.photobucket.com/albums/yy38/n-93/scud_b01.jpg

Le dernier, un 9P129 Toshka (Scud C) est également de Lesany :
http://i775.photobucket.com/albums/yy38/n-93/DSCF4340.jpg
Lun 31 Aoû - 10:15 (2009)
Contenu Sponsorisé






Message Les complexes 8K14 et 9K72 (Code OTAN Scud A et Sud B)

Aujourd’hui à 09:53 (2016)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum » Autres Véhicules Militaires » Véhicules étrangers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com