Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
VLRA lance-missiles SS 11

 
Répondre au sujet    Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum » Autres Véhicules Militaires » Les véhicules légers Sujet précédent
Sujet suivant
VLRA lance-missiles SS 11
Auteur Message
Richard Tissot
En Formation Initiale ...

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2010
Messages: 9
Localisation: Paris
Masculin
Caste: Militaire de l'Armée de Terre
Branche d'activité: Armée de Terre
Passion: Passionné d'histoire militaire

Message VLRA lance-missiles SS 11 Répondre en citant


http://knol.google.com/k/-/-/2fpfl74spyqqw/5tjqvo/vlcsnap-272583.jpg

Dans les années 1960, la Marine nationale teste une tourelle lance-missiles SS 11.

Le SS 11 est un missile antichar filoguidé, d'une portée de 3 000 mètres, adopté par l'armée de terre qui l'installe sur AMX 13 et sur hélicoptère Alouette III.
L'idée était d'équiper les patrouilleurs de la Marine de missiles de ce type, avec pour objectif de les tirer sur les superstructures des bateaux adverses, éventuellement de les utiliser contre des cibles à terre. Une tourelle non motorisée, à 4 rampes de lancement,  construite par Nord-Aviation fut installée sur la plage avant du patrouilleur "La Combattante", dont le port d'attache était Djibouti. Mais les expérimentations se montrèrent décevantes : lorsque le missile quittait sa rampe, il fallait garder la lunette grossissante pointée sur l'objectif pour le guider manuellement à l'aide d'un "manche à balai" (aujourd'hui on dirait un "joystick")  jusqu'à ce qu'il arrive sur sa cible. A 3 000 mètres, le temps de vol était d'environ 30 secondes. On s'aperçut très vite que même par faible houle, il était impossible au tireur missile de garder la lunette de la tourelle pointée sur l'objectif, qui sortait du champ de vision en fonction du roulis ou du tangage du patrouilleur.
Six de ces tourelles avaient été construites par Nord-Aviation ; suite aux mauvais résultats des tests à bord de "La Combattante", l'on renonça à les donner à la Marine.
L'armée de terre hérita des cinq restantes, et les installa sur la plate-forme de cinq VLRA (véhicules légers de reconnaissance et d'appui fabriqués par les Ateliers Legueux à Meaux, devenus depuis "ACMAT").
Ces 5 VLRA furent affectés à l'escadron blindé du 5e RIAOM à Djibouti : à coté des 3 pelotons de chars AMX 13 de cette unité, ces VLRA constituèrent un quatrième peloton de combat : un peloton SS 11, dont le rédacteur du présent article fut le premier chef. Quatre VLRA SS 11, 9 jeeps et 5 camions d'allègement constituaient le parc véhicules de ce peloton, le cinquième VLRA SS 11 étant gardé en maintenance au niveau du Territoire (TFAI) plus précisément au SMB.
L'utilisation tactique de cet engin nécéssitait une certaine adaptation : contrairement aux chars AMX 13 SS 11, le tir des missiles ne pouvait pas s'effectuer en présentant l'avant du véhicule face à l'ennemi. La tourelle était orientée vers l'arrière, et l'angle de tir horizontal était assez restreint, pour que le départ du SS 11 ne se fasse pas au-dessus du poste de conduite du VLRA. Il fallait donc installer le véhicule sur la position de tir en présentant l'arrière face à l'ennemi, raison pour laquelle il n'était pas question d'engager ce type d'engin sur le théatre Centre-Europe, face aux forces du pacte de Varsovie, d'autant que si la tourelle de tir (où ne pouvait se glisser que le tireur missile) était blindée, le reste du véhicule ne l'était pas.
Ces VLRA SS 11 restèrent 5 ans au 5eme RIAOM (1970-75), Ils furent cédés à l'escadron EBR de la 13eme DBLE lorsque le 5eme RIAOM  reçut 3 pelotons d'AMX 13 SS 11 (du même pied que les chars de l'escadron blindé).
L'escadron du 5eme RIAOM devint alors, en nombre de chars, le plus important de l'armée française, avec 3 pelotons canons à 5 chars AMX 13-90 (donc 15 chars + le char de commandement du capitaine) et 3 pelotons SS 11 à 4 chars AMX SS 11, soit 12 chars. Et il y avait au PHR 2 AMX-75 qui servaient à l'instruction. Au total, 30 chars !


Richard Tissot
www.richard-tissot.frhttp://www.richard-tissot.fr/  

http://fr.wikipedia.org/wiki/VLRA_lance_missiles_SS_11

_________________
Richard Tissot
Lun 12 Avr - 21:25 (2010) Visiter le site web du posteur
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Lun 12 Avr - 21:25 (2010)
DarkLabor
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2008
Messages: 4 119
Localisation: Marly
Masculin
Caste: Civil
Passion: Tankophile

Message VLRA lance-missiles SS 11 Répondre en citant
Un grand merci pour cet article fort intéressant!

Une question me vient à l'esprit: Pourquoi ne pas tirer en présentant l'engin de flanc? Cela aurait été sans doute plus commode.

_________________
Se reconstruit doucement mais sûrement.
Sam 17 Avr - 14:57 (2010) Visiter le site web du posteur
Richard Tissot
En Formation Initiale ...

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2010
Messages: 9
Localisation: Paris
Masculin
Caste: Militaire de l'Armée de Terre
Branche d'activité: Armée de Terre
Passion: Passionné d'histoire militaire

Message VLRA lance-missiles SS 11 Répondre en citant
Bonjour.
Vous là posez une très bonne queston. Il n'était malheureusement pas possible de tirer en présentant l'engin de flanc car l'orientation de la tourelle dans le plan horizontal était limitée à 45° de part et d'autre de l'axe du véhicule. Je me suis toujours demandé pourquoi les ingénieurs qui ont conçu ce système avaient défini ces limitations... et je n'ai toujours pas trouvé d'explication.   

_________________
Richard Tissot
Sam 17 Avr - 15:37 (2010) Visiter le site web du posteur
DarkLabor
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2008
Messages: 4 119
Localisation: Marly
Masculin
Caste: Civil
Passion: Tankophile

Message VLRA lance-missiles SS 11 Répondre en citant
Sans doute, pensaient-ils que la meilleure façon de se présenter était face ou dos à l'ennemi. De cette façon ça réduit la silhouette présentée à l'ennemi et ça contribue à la furtivité de l'engin.

Le débattement de 45°, doit correspondre à mon avis à un champ de tir en cohérence avec le missile. De cette façon, n'est engageable que les cibles se trouvant dans ce champ de 45°.
En d'autres termes, si une cible est détruite au moment de la mise à feu, toute cible se trouvant dans ce champ pourra étre traitée en repointant la lunette.

_________________
Se reconstruit doucement mais sûrement.
Lun 19 Avr - 16:49 (2010) Visiter le site web du posteur
Richard Tissot
En Formation Initiale ...

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2010
Messages: 9
Localisation: Paris
Masculin
Caste: Militaire de l'Armée de Terre
Branche d'activité: Armée de Terre
Passion: Passionné d'histoire militaire

Message VLRA lance-missiles SS 11 Répondre en citant
Oui, je pense que vous avez raison ; je n'ai jamais eu d'explication "officielle" mais la votre est fort logique, et, en pratique, il était effectivement possible de tirer les quatre missiles sur quatre objectifs différents sans avoir à déplacer le VLRA, puisque l'angle total de 90° (45° à droite de l'axe et autant à gauche de l'axe du véhicule) permettait de couvrir, à 3 000 m, un vaste compartiment de terrain.

_________________
Richard Tissot
Lun 19 Avr - 21:00 (2010) Visiter le site web du posteur
le camionneur29
Adjudant
Adjudant

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2008
Messages: 237
Localisation: Pouldreuzic
Masculin
Caste: Civil
Passion: Passionné de camions

Message VLRA lance-missiles SS 11 Répondre en citant
En gros fallait bien se positionner! Rolling Eyes Okay
Lun 19 Avr - 21:30 (2010) Visiter le site web du posteur MSN
stan
1ère Classe
1ère Classe

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2010
Messages: 20
Localisation: 86
Masculin
Caste: Militaire de la Marine Nationale
Passion: Tankophile

Message VLRA lance-missiles SS 11 Répondre en citant
en fait , le tir anti char ' en arrière ' trouve son origine durant la 2ème guerre .

Le M10 avait l ' habitude de tirer tourelle à 6 heures afin d' évacuer la zone au plus vite pour éviter un tir de riposte .

Mais l' exemple le plus significatif reste l ' automoteur anti char anglais "Archer" sur châssis Valentine .

En effet , le canon de 17 pdr fut placé sous casemate è l 'envers , donc à 6 heures .
Cela permet une longueur totale pas trop exagérée et donc une bonne mobilité tout en gardant d' excellente performance anti char .
Ce char fut utilisé à partir d' octobre 44 avec  efficacité  dans les régiments d' artillerie .
Mais on le retrouvera quelques années plus tard pendant le crise de Suez où son excellent canon et sa  silhouette ramassée donnèrent encore de bons résultats .(Egypte)
Mar 20 Avr - 07:58 (2010)
Richard Tissot
En Formation Initiale ...

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2010
Messages: 9
Localisation: Paris
Masculin
Caste: Militaire de l'Armée de Terre
Branche d'activité: Armée de Terre
Passion: Passionné d'histoire militaire

Message VLRA lance-missiles SS 11 Répondre en citant
Richard Tissot a écrit:

http://knol.google.com/k/-/-/2fpfl74spyqqw/5tjqvo/vlcsnap-272583.jpg

Dans les années 1960, la Marine nationale teste une tourelle lance-missiles SS 11.

Le SS 11 est un missile antichar filoguidé, d'une portée de 3 000 mètres, adopté par l'armée de terre qui l'installe sur AMX 13 et sur hélicoptère Alouette III.
L'idée était d'équiper les patrouilleurs de la Marine de missiles de ce type, avec pour objectif de les tirer sur les superstructures des bateaux adverses, éventuellement de les utiliser contre des cibles à terre. Une tourelle non motorisée, à 4 rampes de lancement,  construite par Nord-Aviation fut installée sur la plage avant du patrouilleur "La Combattante", dont le port d'attache était Djibouti. Mais les expérimentations se montrèrent décevantes : lorsque le missile quittait sa rampe, il fallait garder la lunette grossissante pointée sur l'objectif pour le guider manuellement à l'aide d'un "manche à balai" (aujourd'hui on dirait un "joystick")  jusqu'à ce qu'il arrive sur sa cible. A 3 000 mètres, le temps de vol était d'environ 30 secondes. On s'aperçut très vite que même par faible houle, il était impossible au tireur missile de garder la lunette de la tourelle pointée sur l'objectif, qui sortait du champ de vision en fonction du roulis ou du tangage du patrouilleur.
Six de ces tourelles avaient été construites par Nord-Aviation ; suite aux mauvais résultats des tests à bord de "La Combattante", l'on renonça à les donner à la Marine.
L'armée de terre hérita des cinq restantes, et les installa sur la plate-forme de cinq VLRA (véhicules légers de reconnaissance et d'appui fabriqués par les Ateliers Legueux à Meaux, devenus depuis "ACMAT").
Ces 5 VLRA furent affectés à l'escadron blindé du 5e RIAOM à Djibouti : à coté des 3 pelotons de chars AMX 13 de cette unité, ces VLRA constituèrent un quatrième peloton de combat : un peloton SS 11, dont le rédacteur du présent article fut le premier chef. Quatre VLRA SS 11, 9 jeeps et 5 camions d'allègement constituaient le parc véhicules de ce peloton, le cinquième VLRA SS 11 étant gardé en maintenance au niveau du Territoire (TFAI) plus précisément au SMB.
L'utilisation tactique de cet engin nécéssitait une certaine adaptation : contrairement aux chars AMX 13 SS 11, le tir des missiles ne pouvait pas s'effectuer en présentant l'avant du véhicule face à l'ennemi. La tourelle était orientée vers l'arrière, et l'angle de tir horizontal était assez restreint, pour que le départ du SS 11 ne se fasse pas au-dessus du poste de conduite du VLRA. Il fallait donc installer le véhicule sur la position de tir en présentant l'arrière face à l'ennemi, raison pour laquelle il n'était pas question d'engager ce type d'engin sur le théatre Centre-Europe, face aux forces du pacte de Varsovie, d'autant que si la tourelle de tir (où ne pouvait se glisser que le tireur missile) était blindée, le reste du véhicule ne l'était pas.
Ces VLRA SS 11 restèrent 5 ans au 5eme RIAOM (1970-75), Ils furent cédés à l'escadron EBR de la 13eme DBLE lorsque le 5eme RIAOM  reçut 3 pelotons d'AMX 13 SS 11 (du même pied que les chars de l'escadron blindé).
L'escadron du 5eme RIAOM devint alors, en nombre de chars, le plus important de l'armée française, avec 3 pelotons canons à 5 chars AMX 13-90 (donc 15 chars + le char de commandement du capitaine) et 3 pelotons SS 11 à 4 chars AMX SS 11, soit 12 chars. Et il y avait au PHR 2 AMX-75 qui servaient à l'instruction. Au total, 30 chars !


Richard Tissot
www.richard-tissot.frhttp://www.richard-tissot.fr/  

http://fr.wikipedia.org/wiki/VLRA_lance_missiles_SS_11

J'ai mis une vidéo sur Youtube. Elle n'est pas terrible, parce qu'il s'agit d'un film super 8 muet que j'ai tourné il y a 40 ans et que j'ai fait numériser, mais elle donne une assez bonne idée des tirs missiles à partir des VLRA.
http://www.youtube.com/watch?v=q_IKUUN0HAY

_________________
Richard Tissot
Mar 4 Oct - 23:13 (2011) Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






Message VLRA lance-missiles SS 11

Aujourd’hui à 16:20 (2016)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    Forum des chars de combat et de la cavalerie Index du Forum » Autres Véhicules Militaires » Les véhicules légers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com